Restauration collective de l'ARTEM à Nancy - vue interieur

Pôle de restauration et multiservices sur le site ARTEM à nancy

Les Architectes sont désignés pour réaliser la construction du pôle de restauration et multiservices sur le site d’ARTEM à Nancy.

Lancée par le CROUS de Nancy-Metz, la consultation propose un programme mixte de restauration à destination des étudiants, un lieu ouvert de 8h à 22h plus de 300 jours sur l’année. Le projet prévoit également un restaurant plus classique midi et soir, une demi-pension pour des collégiens, des kiosques partenaires et une salle de sport. Situé au coeur du nouveau quartier ARTEM conçu et réalisé par Nicolas Michelin, le pôle multiservices est situé face à la médiathèque et contre la maison des étudiants, deux bâtiments bientôt en chantier de Lipsky et rollet.

Le bâtiment sera en service à la rentrée 2015. L’équipe de maîtrise d’oeuvre est composée de : Les Architectes, mandatiare, A(b+d) architecture, OTE Ingénierie et Otelio.

Restauration collective de l'ARTEM nancy - vue exterieur

Patrick Texier présente ainsi la synthèse de ce projet :

L’INSCRIPTION DANS LE SITE ARTEM

Les logiques urbaine, architecturale et paysagère développées par Nicolas MICHELIN sont fortes et produisent un morceau de ville innovant. Elles génèrent formellement des îlots d’une grande vitalité, une architecture lisse et enveloppante, des cours jardins variés. Notre projet vient se juxtaposer face à l’élément central du programme du quartier ; la médiathèque. Quelle architecture mettre en œuvre dans ce contexte ?

Dans la continuité de l’esprit et la lettre du plan directeur et des architectures présentes et à venir, nous posons une masse en lévitation sur un rez-de-chaussée totalement transparent. Ce porte-à-faux permet de poursuivre en terrasse l’aménagement minéral des gradins qui se poursuit jusqu’à la médiathèque. Le choix d’une enveloppe globale dans un matériau unique perforée nous permet de donner de la transparence à cette masse suspendue, sans référence à l’échelle de fenêtre ou de porte.

Les larges ouvertures latérales en étage fixent les relations de ce volume avec les cœurs d’îlot, la cour des Pins et la cour des Chênes. Le métal déployé à très grande maille sera de différentes finitions pour donner l’effet brillant en toute subtilité.

LA RÉPONSE LA PLUS JUSTE AU BESOIN D’INNOVATION DU CROUS

Le CROUS souhaite un équipement innovant pour une attractivité forte et continue. L’offre culinaire du programme sera somme toute classique mais l’équipement que nous proposons permet une grande évolutivité des équipements. C’est par l’image et les ambiances des lieux que notre projet va permettre aux étudiants de vivre ici selon leur façon d’être. Le projet développe une série d’espaces en continuité où toutes les surfaces peuvent être occupées de 8 h à 22 h. Toutes les façons d’être assis sont proposées, dans des lieux à intimités variables. Priorité aux lieux de vie donc mais tout en optimisant les « cuisines » et en les occultant en période d’inoccupation.

LE RESPECT RIGOUREUX DE L’ENVELOPPE FINANCIÈRE

Le challenge du planning et la rigueur budgétaire imposés par le CROUS nous ont amené à raisonner le parti constructif. Le bâtiment sera léger avec un gros œuvre limité aux planchers et contreventements. L’étage sera réalisé au rythme et sur les principes d’un bâtiment industriel simple. La conception technique permettra flexibilité et évolutivité des usages. Conscients des objectifs financiers, nous avons construit notre estimation sur la base d’avant-métrés précis et savons que l’estimation et l’optimisation du projet seront un point important des études.

UNE CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE CONTRÔLÉE, DES PROPOSITIONS ENVIRONNEMENTALES PERTINENTES

De conception bioclimatique, le bâtiment est fortement isolé et possède une bonne inertie. Les apports solaires sont importants et toutes les ouvertures exposées sont protégées  compris en toiture. Nous veillerons tout particulièrement à limiter les consommations énergétiques en période d’inoccupation même partielle des locaux. Parmi toutes les cibles environnementales nous sommes sensibles à l’acoustique de ces espaces qui doivent être conviviaux. Les absorbants seront disposés en surface et qualité contrôlées. Enfin, la chasse aux matériaux émissifs sera faite y compris et surtout sur le chantier de façon à offrir des lieux de vie sains.